Au gré de mes sorties, je dois répondre à des questions ou entendre des réflexions qui, quelquefois, me font sourire ou essayer de ne pas céder à l'agacement. Souvent, quand on ose enfin me dire tout simplement "Bonjour !", inévitablement je remarque une expression gênée, presqu'apitoyée se dessiner sur le visage de mes interlocuteurs.

-"Oh ! ma pauvre, tu es en fauteuil roulant ..."

Là, je leur réponds avec un grand sourire :

"Mais non, je ne suis pas plus pauvre que quelqu'un d'autre, et en plus je ne dois rien à personne. Et oui, je me balade en fauteuil roulant.

Et toi, comment tu vas ?"

"Bien ! Dis-moi, comment tu as fait pour te retrouver en fauteuil roulant ?"

Enfin ! Voilà quelqu'un qui a le courage de poser LA question.

A moi de répondre. Et aujourd'hui, je suis d'humeur taquine.

"L'année dernière, j'ai dîné dans un bon restaurant avec des anciens copains d'études et pour renouer, nous nous y étions donné rendez-vous. Nous avons passé d'agréables moments à nous rappeler de bons vieux souvenirs. Nous avons bien ri, bien mangé, beaucoup bu. Surtout beaucoup bu.

 

Tard dans la nuit, chacun s'en est retourné chez soi en se promettant de se rappeler et de se revoir.

J'ai pris ma voiture Je me sentais bien, mais bien !!! Durant le trajet, je me remémorais les bons moments de cette soirée. Quand tout à coup ... Un arbre s'est retrouvé au milieu du chemin, comme ça, sans crier gare ... Il n'a pas voulu me céder le passage. C'est lui qui a gagné. Je m'en étais rendu compte en me réveillant dans un lit à l'hôpital.

Et voilà pourquoi je ne peux plus marcher".

A cet instant, je manque d'exploser de rire devant l'air étonné, perplexe de la personne qui ne sait plus quelle position adopter.

Je décide de mettre fin à son tourment :

"Mais non ! Je rigole ! J'ai juste une Sclérose En Plaques !"

A ce moment-là, mon interlocutrice, visiblement soulagée, rétorque :

"Ah bon, ce n'est que ça ! Pourtant, on ne dirait pas, On ne voit aucune plaque sur toi ...Tu vas bientôt aller mieux, j'en suis sûre."

J'ai préféré me taire.

Visiblement, elle ignore tout de quoi est capable mon squatteur.

J'ai donc pris la décision de parler des instants que je partage avec SEP.